Un joli texte pour votre cérémonie laïque

08/06/2017
0

Il n’est pas fréquent que j’emprunte des textes d’auteur pour mes scripts de cérémonie. Je préfère utiliser mes idées, et écrire pour le couple, de façon 100% créative.

En revanche, j’adore lire des textes et poèmes sur l’amour, le mariage, la famille, le bonheur, l’amitié… qui peuvent parfois être une excellente source d’inspiration. En tant qu’amoureuse de l’amour, c’est toujours un plaisir pour moi que de découvrir des ouvrages et citations autour de ces belles valeurs.

Il y a quelque temps, un marié a souhaité que l’un de ses proches intervienne durant sa cérémonie en lisant un très beau texte de Rosemonde Gérard. J’en avais déjà découvert un extrait mais ne le connaissais pas en entier. Je l’ai trouvé tellement beau que j’ai eu envie de le partager avec vous.

Poruquoi celui-ci? Parce qu’il parle de quelque chose qui me touche beaucoup: vieillir ensemble. A l’heure où tout va très (trop vite) et ou les relations peuvent parfois être éphémères, je trouve que ces lignes nous rappellent à l’essentiel, à la valeur de l’engagement et à la simplicité des moments de bonheur authentiques.

L’avantage de ce texte, c’est que vous pouvez choisir le ou les passages qui vous inspirent le plus, si vous souhaitez l’intégrer à votre cérémonie. Pourquoi ne pas choisir une ou deux phrases pour l’échange de vos voeux, si cela vous inspire?

J’espère que ce poème vous plaira, n’hésitez pas à me laisser un petit message en commentaire si vous avez envie que je publie de genre d’écrits plus régulièrement.

 
texte cérémonie laïque
 

L’éternelle Chanson

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.
Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
Nous nous croirons encore de jeunes amoureux,
Et je te sourirai tout en branlant la tête,
Et nous ferons un couple adorable de vieux.
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

Sur notre banc ami, tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer,
Nous aurons une joie attendrie et très douce,
La phrase finissant toujours par un baiser.
Combien de fois jadis j’ai pu dire  » Je t’aime  » ?
Alors avec grand soin nous le recompterons.
Nous nous ressouviendrons de mille choses, même
De petits riens exquis dont nous radoterons.
Un rayon descendra, d’une caresse douce,
Parmi nos cheveux blancs, tout rose, se poser,
Quand sur notre vieux banc tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer.

Et comme chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain,
Qu’importeront alors les rides du visage ?
Mon amour se fera plus grave – et serein.
Songe que tous les jours des souvenirs s’entassent,
Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens.
Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent
Et sans cesse entre nous tissent d’autres liens.
C’est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l’âge,
Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main
Car vois-tu chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain.

Et de ce cher amour qui passe comme un rêve,
Je veux tout conserver dans le fond de mon coeur,
Retenir s’il se peut l’impression trop brève
Pour la ressavourer plus tard avec lenteur.
J’enfouis tout ce qui vient de lui comme un avare,
Thésaurisant avec ardeur pour mes vieux jours ;
Je serai riche alors d’une richesse rare
J’aurai gardé tout l’or de mes jeunes amours !
Ainsi de ce passé de bonheur qui s’achève,
Ma mémoire parfois me rendra la douceur ;
Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
J’aurai tout conservé dans le fond de mon coeur.

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.
Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
Nous nous croirons encore aux jours heureux d’antan,
Et je te sourirai tout en branlant la tête
Et tu me parleras d’amour en chevrotant.
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

 

signature_CMJN3

Laisser un commentaire